Témoignage au pair de Bella : le confinement aux États-Unis

Publié le Catégories Partage d'expérience, Santé à l'étrangerÉtiquettes , , ,

En début d’année 2019, Bella quitte la France pour un long séjour au pair d’un an et demi aux États-Unis. En cette période particulière, elle nous témoigne à quoi ressemble une vie d’au pair en confinement.

Nous avons créé une série de témoignages “spécial” covid-19, pour que les au pairs des quatres coins du monde ne se sentent pas seules dans cette expérience de confinement. Vivre loin de sa famille n’est pas simple, mais l’aventure reste tout de même merveilleuse.

Voyage à New-York avec des amies au pairs

États-Unis

Pourquoi ce pays ?

La Californie m’a toujours plus, plus précisément la région de la Silicon Valley (45 min de San Francisco). Cette région abrite de nombreuses universités très bien réputées, de deux grandes aux alentours (San Francisco et San José) ainsi que de nombreux transports en commun.

J’ai choisi d’être Au Pair car j’aime les enfants et faire différentes activités avec eux. De plus, m’occuper d’enfants (surtout en période de confinement) m’a appris à être plus patiente que d’habitude. Ce qui m’a aussi intéressé, c’est de vivre avec une famille d’accueil, et donc de pouvoir vivre au quotidien avec des américains.

Que peux-tu dire sur le programme au pair ?

J’ai dû remplir un dossier très complet et l’agence était à l’écoute quand je rencontrais des problèmes.

Le programme d’Au Pair est très enrichissant, j’ai pu améliorer mon anglais puisque je parlais au quotidien en anglais. Cela m’a également permis de développer mes capacités sociales, j’ai fait la rencontre de beaucoup de personnes qui sont devenus au fur et à mesure, des amis.

De plus j’ai énormément voyagé aux Etats-Unis, j’ai actuellement visité 26 Etats sur 50. J’ai aussi visité le Canada!

Que peux-tu dire sur ton expérience globale ?

Il y aurait beaucoup trop de choses à dire ! Mais de manière générale, je suis
émerveillée par tout ce que je vois puisque tout est différent aux États-Unis. Je suis actuellement en Californie, donc dans un état riche en végétation et parcs !

La petite histoire… 

Au départ, je suis partie dans une première famille à Washington DC mais la famille ne pouvait plus suivre financièrement alors j’ai été redirigée en rematch vers une famille à Chicago. Tout n’était pas toujours facile, j’y ai quand même terminé mon année. Au final, au lieu de retourner en France à cette période, j’ai rencontré ma famille en Californie par hasard. Ils cherchaient une au pair pour une durée de 6 mois, cela correspondait parfaitement !

Programme au pair aux États-Unis

Les premiers échanges Skype avec la famille d’accueil ?

Au départ, j’ai rencontré mes 3 familles d’accueil par le biais de l’agence, ils m’ont fait part de leur profil. J’ai pu voir leur profil et ensuite les contacter pour en savoir plus.

Ton insertion au sein de la famille ?

Avant que le confinement ne débute, cela faisait 2 mois et demi que j’étais arrivée en Californie et mon insertion s’était très bien passé. Je suis arrivée en pleine période de scolarité donc je devais prendre mes marques assez rapidement mais les enfants et les parents m’ont très bien aidé. J’ai rencontré les professeurs des enfants dès les premiers jours, mon emploi du temps était déjà fixé et nous nous sommes très rapidement organisé.

Comment gérais-tu le quotidien d’au pair et tes cours de langues ?

Mon quotidien avant le début du confinement, consistait à emmener les enfants à l’école le matin, puis je partais faire du sport, téléphonais à mes parents et me rendait à l’université pour me renseigner sur les cours. Puis je récupérais les enfants et les conduisait à leurs activités (natation, baseball…). Puis nous rentrions à la maison, je m’occupais du dîner, de leurs devoirs et en général les parents étaient rentrés avant 18h30.

Période COVID-19 en tant qu’au pair

Ton quotidien pendant le confinement ?

Depuis le début du confinement, mes heures de garde ont nettement augmenté parce que toutes les écoles ont fermé. La plupart de la journée, je m’occupe des devoirs des enfants sur l’ordinateur, je m’occupe également de leur proposer des activités manuelles et sportives pour les occuper. Pratiquement tous les repas se font ensemble, lorsque les parents ne travaillent pas, ils passent du temps avec leurs enfants et s’assurent qu’ils ont bien fait les devoirs.

Mon temps libre reste à peu près le même qu’avant le début du confinement, je suis libre après 17h et les week-ends.

Comment le vis-tu ?

Comme tout le monde je pense, je ne le vis pas très bien puisque toutes mes sorties sont restreintes. De plus, c’est difficile car je suis loin de mes proches mais je m’assure de prendre de leurs nouvelles le plus souvent possible.

Pour être honnête, j’étais assez fatiguée les premières semaines du confinement, car je devais m’adapter à tout un rythme différent. Un mois et demi plus tard, j’ai pris l’habitude de m’occuper des garçons durant la journée (tout en ayant des pauses) et j’ai repris récemment le sport.

C’est difficile et frustrant à la fois, car je ne peux plus voyager et lorsque l’on est Au Pair , on prend très vite l’habitude de voyager!
Ce confinement m’a permis de réaliser que mes proches, mes habitudes et ma maison me manquent énormément ! Heureusement, ma famille d’accueil est là pour me rassurer!

Pas trop difficile la distance avec ta propre famille en France ?

Comme je l’ai déjà un peu expliqué dans la question précédente, la situation est compliquée pour moi car je suis loin de ma famille et donc je ne peux pas voir leur état de santé si jamais il arrivait que quelqu’un attrape le virus. Je prends très souvent de leurs nouvelles à travers les appels, les messages et les réseaux sociaux.

Quelle est la situation de confinement aux États-Unis ?

La situation aux USA est sévère puisque c’est un très grand pays, beaucoup de ressortissants et de voyageurs passent par les États-Unis et donc plus de
chances d’être contaminé.

Aujourd’hui, nous sommes toujours confinés. Les magasins et salles de sports commencent à réouvrir mais les américains ne réagissent pas de la même façon que les français. Ils restent très prudents (port du masque, éviter les déplacements inutiles..).

En ce qui concerne les écoles, elles restent fermées jusqu’à Septembre et nous ne savons même pas si la rentrée scolaire aura lieu… Donc pour le moment, nous restons à la maison. Nous pouvons sortir pour faire du sport mais pas plus.

Comment organises-tu tes journées ?

Je m’assure de faire un peu de sport tous les jours surtout en fin de journée quand j’ai fini m’occuper des enfants mais je fais aussi du sport avec les enfants pendant la journée. En général, si les enfants sont en meeting avec leur classe, les parents m’autorisent à répondre aux emails ou continuer mes cours sur internet.

Comment occuper les enfants pendant le confinement ?

En général, ils sont assez bien occupé durant la journée avec leurs devoirs. Nous lisons des livres, nous pratiquons des activités physiques quand le temps nous le permet. Les enfants réalisent ce qu’impliquent le  confinement. Il est parfois dur de les garder enfermés dans la maison car ils ont beaucoup d’énergie et doivent le dépenser d’une façon ou d’une autre.

Si tu devais rassurer d’autres au pairs dans le monde, tu leur dirais quoi ?

Je leur dirai qu’on est toutes dans le même bateau et qu’il faut s’accrocher! On a décidé de partir vivre à l’étranger et il ne faudrait pas refuser à rester car cette situation évoluera!

La langue

Quel niveau d’anglais avais-tu avant de partir ?

J’avais un niveau assez moyen quand j’ai quitté la France. J’ai clairement progressé après avoir passé plus d’un an aux Etats-Unis!

Comment faire des progrès ?

J’ai découvert que les grandes écoles américaines (Stanford, Harvard), ont posté en ligne beaucoup de cours sur internet et de plus qui sont gratuits ! Et puis j’appelle mes amis au pairs qui ne parlent pas forcément français.

Ma première visite à Standford

Quelle langue utilises-tu avec la famille ?

Je parle plus souvent français que anglais car ma famille d’accueil est belge,
cependant les enfants sont bilingues donc je peux m’exprimer dans les deux langues avec eux.

Les expériences

Quoi de nouveau, différent, agréable ?

J’ai décidé de devenir au pair car je souhaitais voyager et vivre à l’étranger. Au départ je pensais rester en Europe mais j’ai décidé de voir plus loin et de partir aux Etats-Unis. De plus, je souhaitais apprendre l’anglais.

La première chose qui m’a paru très différent de l’Europe, c’est la mentalité. Tout le monde ici est très ouvert et chaleureux. Puis, je pense que de manière générale, les rues sont plus propres.

Ta plus grosse galère ?

Ma plus grosse galère, c’était le jour où j’ai eu un accident de voiture car je
conduisais sous la neige. J’ai dû me présenter dans un tribunal américain toute seule, heureusement l’accident était mineur mais j’ai vraiment eu une grosse frayeur ce jour là.

Ta plus grande joie ?

J’en ai tellement. Toutes les fois ou je suis partie en road trip avec des amis Au Pairs. Quand j’ai appris que je partais vivre en Californie (l’un de
mes plus grands rêves). Toutes les fois où mes kids m’ont fait rire à cause de leur innocence.

Ballade avec ma famille d’accueil en Californie

Une anecdote ?

Juste avant que le confinement devienne obligatoire, nous sommes partis en road trip avec des amis à Las Vegas le temps d’un week-end. Nous avons eu la chance de pouvoir nous balader en ayant tout ouvert. De plus, nous avons dormi au Bellagio (un des hôtels les plus chers à Las Vegas) dans la nuit du samedi au dimanche.
Donc le dimanche matin, nous venions de déposer les clés de la chambre à la
réception puis nous avons quitté l’hôtel. 2 heures plus tard, nous apprenions que le Bellagio fermait et que toutes les réservations avaient été annulées. Nous nous sommes donc senti très chanceuses!

 

Quelques informations sur Bella:

  • Partie à 19 ans
  • Durée : 1 an et demi
  • Placement : janvier 2019 à juillet 2020
  • Programme Au Pair à l’étranger
  • Région : Washington DC, Chicago (Illinois) et Los Altos (California)

Retrouvez également d’autres témoignages d’au pairs durant cette période de confinement. Ils nous racontent comment ils vivent cette situation à des milliers de kilomètres de leur famille.

A lire aussi …

Shirley, au pair originaire de la Colombie témoigne pendant son confinement en France

Témoignage de Cloé : le confinement en Nouvelle-Zélande en tant qu’au pair

Témoignage de Christian loin de sa famille au Mexique : “être au pair en France lors du confinement”

Des idées d’activités dans COVID-19 : les 8 recommandations sauvetage du confinement en famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.